blanquette de sot- l'y -laisse aux pruneaux et patates douces

Publié le par bouilloirebavarde




la petite histoire de la bouilloire bavarde:

Le terme « patate » est apparu dans notre langue en 1599. Il dérive de l'espagnol batata, qui l'a emprunté à l'une des nombreuses langues parlées par les Arawaks, des indigènes de la région centrale des Amériques – installés notamment dans les Antilles au moment de la Conquête – et, bien sûr, consommateurs de patate douce.

 

Bien que le mot « patate » suffise en principe à désigner le tubercule de l'Ipomoea batatas, on prend généralement la peine d’ajouter l’adjectif « douce » ou « sucrée » pour ne pas la confondre avec la pomme de terre que, sous l'influence de l'anglais, on appelle souvent « patate ».

 

On a longtemps cru que la patate douce venait de l'Inde, et certains l'affirment encore. C'est que cette plante était fort probablement cultivée sur le sous-continent indien avant le XVIe siècle. Toutefois, des fouilles archéologiques effectuées dans des sites péruviens – où les vestiges les plus anciens datent de 8 000 ans avant notre ère – indiquent qu'elle est bel et bien originaire de l'Amérique du Sud. On ne sait pas s'il s'agit de variétés cultivées, mais si c'était le cas, la patate douce serait probablement la première plante à avoir été domestiquée dans le Nouveau Monde, voire sur la planète. On n'a jamais trouvé l'ancêtre sauvage de cette espèce, bien qu'on ait trouvé ceux d'autres espèces du genre Ipomoea.

 

La patate douce fut introduite par les Espagnols et les Portugais en Europe, en Asie, en Afrique et en Australie après la conquête du Nouveau Monde. Par contre, elle a été introduite en Océanie bien avant la découverte de l'Amérique, peut-être vers 1 500 avant notre ère, ce qui signifie qu'elle aurait voyagé vers l'ouest en empruntant les embarcations sud-américaines, puis polynésiennes pour s'installer graduellement sur toutes les îles du Pacifique, où elle fait depuis longtemps partie de l’alimentation de base. Une autre hypothèse veut que ses semences aient pu être disséminées par des oiseaux, dont le pluvier doré de Polynésie, réputé pour être un visiteur occasionnel des côtes occidentales de l'Amérique du Sud. D'autres chercheurs pensent plutôt que les capsules contenant les semences auraient été entraînées par les courants marins et se seraient implantées le long des rives fertiles des îles du Pacifique.

 

Aujourd'hui, la patate douce est cultivée dans tous les pays tropicaux, où elle constitue une importante ressource alimentaire. En plusieurs endroits, on en nourrit également les animaux d'élevage.Source


Un plat unique savoureux et peu coûteux idéal avant les fêtes.

800 gr de sot- l'y -laisse de dinde,
2 échalotes, 1 oignon,
1verre1/2  de vin blanc sec de Bordeaux,
150 g de pruneaux dénoyautés,
3 cà c de fond de veau,
sel, poivre.

pour la purée:
2 patates douces,
1 pomme de terre type Charlotte,
2 verres de lait,
20g de beurre,
1/2 cà s de noix de muscade râpée
sel, poivre.


Dans une sauteuse faire chauffer un peu d'huile chaude, y faire revenir les échalotes et l'oignon hachés menu, réservez.
Dans la même sauteuse faire dorer la viande sur toutes les faces.
Ajoutez les échalotes et l'oignon dorés , puis saupoudrez de fond de veau, remuez, et mouillez avec le vin blanc, laissez évaporer l'alcool , salez, poivrez, laissez mijoter environ 15min ,  puis rajoutez les pruneaux  gonflés dans un peu d'eau chaude et de vin blanc, laissez encore mijoter 15min.

Pendant ce temps faire cuire dans de l'eau salée les patates douces et la pomme de terre coupées en cubes , laisser cuire environ 15min, puis égouttez, remettre les patates dans la casserole et versez le lait dessus, laissez bouillir en remuant, salez poivrez, laisser cuire environ 10min.
Écrasez à la fourchette , si les patates sont bien cuites, cela se fait très facilement.
Ajoutez la noix de muscade râpée au moment.
Servir dans des pots en verre  bien chauds.


Si vous aimez cet artcile, inscrivez-vous à la newsletter, vous serez aisi informé par mail, de la parution des nouveaux billets, merci.
Rendez-vous sur Hellocoton !

Publié dans recettes des bistrots

Commenter cet article

Bree 29/11/2009 18:43


Le sot-l'y-laisse est un morceau naturellement délicieux, cette recette doit en magnifier les saveurs.


Eliane 29/11/2009 09:25


excellent, un plat délicieux bravo

doux dimanche bises


Doria 28/11/2009 19:28


Une belle découverte pour moi cette recette !
Je te souhaite un bon week-end,
Bisous, Doria


amour de cuisine 28/11/2009 18:23


et clicou.....
un tres beau plat, bisous


Biscottine 28/11/2009 16:59


Comme ça me plaît!


salma82 28/11/2009 16:51


un petit coucou pr te dire

bon weekend


Maiwenn 28/11/2009 15:08


Ca donne envie de se mettre à table !!!


Amelie 28/11/2009 14:37


Un plat super appétissant !
Bises


laurence 28/11/2009 10:06


Houlà, je n'imaginais pas les sots l'y laisse de dinde aussi gros, c'est une bonne idée et ta présentation est superbe!


jupiter 28/11/2009 09:44


hi, je ne savais pas que les les dindes vendaient leurs sot l'y laisse, un peu comme si on achetait les boulons d'une voiture. On tout c'est un morceau de choix
Petit la patate douce était mon régal, mais cela disparu, pourquoi , je ne sais pas

C'est vrai que beaucoup de pays disent patates pour pomme de terre, ici en provence c'est pomme de terre

ta blanquette doit être subtilement sucrée je pense , mais miam, et les deux pieds sous la table
à bientôt
jupi


Choupette 28/11/2009 09:14


je fais un curry de sot-l'y-laisse, voilà une autre manière sympathique de cuisiner ces petits morceaux savoureux.