quichettes printanières du placard

Publié le par bouilloire bavarde

 

  quichettes-printanieres-JPG.1.jpg

  la petite histoire de la bouilloire bavarde:

 

L'histoire de la quiche est celle d'un petit et simple plat qui défie les bordures frontalières, le nom « quiche » (ou ouiche en moyen français) qui apparaît en France en 1805 dans l’Histoire de Nancy de Linnois vient de la langue de nos aimés frères d’outre-Rhin dont le vocable « Kuchen » signifie tout simplement gâteau.

 

La Lorraine, comme toutes les régions de France, a sa recette "de terroirs". Ce sont des recettes simples et à base d'ingrédients que l'on trouvait dans le temps où l'on avait peu de moyen, donc des produits de la ferme et du village. A cette époque-là, la quiche était faite de la pâte à lever (pâte à pain) d’œufs, de lardons fumés maigres et de crème. Il est aussi précisé que la quiche se faisait sans fromage, toute la qualité d'une bonne quiche résidant dans le choix d'une "crème de premier choix".

 

Ce n'est que plus tard, lorsque cette recette lorraine sa généralisa et étendit son étendard au-delà de ses frontières, que la pâte à pain fut remplacée par de la pâte brisée, parfois feuilletée et que sont apparus le fromage et le porc.

 

 

 

Témoin des vicissitudes de l’histoire d’Europe, on retrouve les premières traces de ce miraculeux gâteau en 1586. Le duc de Lorraine, Charles III, en faisait une consommation régulière, si l'on en croit le livre des dépenses de Philippe de Rarécourt, Maître d’Hôtel du duc, qui s’inquiétait du déficit du duché aggravé par la consommation excessive de quiches.

Nous devons la forme actuelle de cette tarte mirifique à Vincent de la Chapelle (grand-père de Don Bonapasta, Docteur ès Quiche), cuisinier de Stanislas, duc de Pologne devenu roi de Lorraine le 11 avril 1736. Stanislas ne réside jamais à Nancy, et mène une vie fastueuse dans les châteaux des ducs de Lorraine à Lunéville, Commercy ou la Malgrange où il se goinfre de quiches. Il se dit philosophe, a pour ami Voltaire, et a pour but d'éblouir ses contemporains. Il souhaite faire de Nancy une des villes les plus belles d'Europe, mais lorsque Stan mourut en 1766, la Lorraine fut rattachée à la France et Nancy perdit son rang de capitale, et la quiche se répandit dans le royaume de France.

 

Pendant que la Quiche Lorraine assurait sa postérité, immortalisait sa pâte, ses œufs, sa crème dans la royale Histoire de France, le nom de cette tarte dodue et conviviale commença à infiltrer notre lexique quotidien, pour se transformer en invective injurieuse que s’adressent couramment les jeunes gens bien élevés au détour d’un faubourg, ainsi peut-on entendre dans la capitale française les échos de ces injures : « vieille quiche », « je suis trop une quiche », expressions dans lesquelles le nom du plat connote l’ingénuité ahurie d’une personne qui serait un peu tarte.Source

 

 

250g de pâte brisée,

300 g de  chèvre frais,

3 oeufs,

 

200 g de petits pois  en boite,

1 bocal d'asperges vertes,

6 tomates séchées

 

1 bouquet de menthe,

2 cà s d'huile d'olive,

poivre.

 

 

Mettre le fromage de chèvre dans le bol du robot, ajoutez les oeufs , la menthe, le poivre, mixez finement.

 

 

 Avec un emporte-pièce faire 4 ronds dans la pâte brisée, tapisser les moules à tartelettes de papier sulfurisé et déposé les cercles de pâte, piquez le fond avec une fourchette, et mettre au frais.

 

Faire chauffez les petits-pois, égouttez -les  et les mettre au fond des tartelettes, nappez de préparation fromage-oeufs

ajoutez un tomate séchée sur le dessus.,

Saupoudrez de gruyère râpé au dernier moment

mettre au frais.

 

Faire préchauffer les four à 200° et faire cuire environ 30min.

 

Pendant ce temps passez les asperges égouttées dans une poêle anti-adhésive , remuez délicatement jusqu'à ce quelles dorent .

Sortir les tartelettes du four, à l'aide du papier sulfurisé démouler délicatement  et poser sur le plat de service.

Disposez 4 ou 5 asperges égouttées sur le côté.

Parsemez du reste de menthe et de ciboulette ciselée , puis servez.

 

quichettes-printanieres-jog.3-suite.jpg

la bouilloire bavarde Express

Pensez à vous abonner à la newsletter, vous serez ainsi informé par mail de la parution des nouveaux billets, venez rejoindre les abonnés de La Bouilloire Bavarde, merci et bienvenue.

 


Rendez-vous sur Hellocoton !

Publié dans légumes

Commenter cet article

kroline 01/07/2010 08:29



miamm



Amelie 01/07/2010 07:42



Super pour changer de garniture et accommoder les légumes autrement. Je viens de récolter une belle passoire de pois gourmands et de brocolis (mon mari se révèle être un excellent jardinier !
(lol)


Bisous (très chauds !)



Nuage de Lait 30/06/2010 23:37



magnifiques tes quichettes


bises


jojo



Diane-plop 30/06/2010 21:35



Bonsoir Yolande,


Comment va-tu ? J'espère que tout doucement tu te remets de cet évènement boulversant.


Tes quichettes sont très gourmandes. je les imagine bien à l'apéritif, la douceur des petits pois avec l'asperge et la tomate donne un résultat délicieux.


Je te remercie beaucoup pour ta visite hier et pour ton très gentil commentaire malgré les soucis qui traversent ta vie. Cela m'a touché.


Je t'embrasse bien amicalement,


Porte-toi bien


Patricia - La Table de Pénélope



sam's cook 30/06/2010 16:50



j'en veux, j'en veux! avec tous ces beaux légumes impossible de ne pas apprécier



lolo 30/06/2010 14:29



elles sont bien dorées tes petites quichettes! avec ces légumes miam! bises!



Eva 30/06/2010 11:47



Elles sont belles, miam !


Bisous